A web of (public) data

juillet 4, 2009

(quelques références supplémentaires après le précédent billet sur la question)

This, 2009, is the year for putting government data online.

C’est Tim-Berners Lee qui le dit dans un article tout récent : « Putting Government Data online« . Comme quoi, la problématique est dans l’air et va aller en s’amplifiant.

Information maintained by the Federal Government is a national asset… Executive departments and agencies should harness new technologies to put information about their operations and decisions online and readily available to the public.

C’est Barack Obama qui le dit dans un memo du 21 janvier 2009. Comme quoi, le gouvernement américain, au moins, prends la chose au sérieux. D’autant plus au sérieux quand on met en perspective la date de ce mémo : il date de la première semaine de prise de fonction d’Obama, et qu’il ait mis cette problématique en avant si tôt quand on sait les défis qui l’attendent est significatif.

Au Royaume-Uni, la problématique est également prise au sérieux par l’OPSI (Office of Public Sector Information), qui a publié un document de « best practices » à destination des services publics anglais sur la mise en oeuvre des projets de réutilisation de l’information publique. C’est très technique pour la problématique qui nous intéresse, mais la partie introductive donne des éléments intéressants :

The removal of barriers to re-use (public sector information) will act as a stimulus to the information and publishing industry in Europe so providing significant economic opportunities and enhance job creation across Europe.  An additional benefit would be to improve the flow of information from the public sector to the citizen.

The public sector is by far the largest producer of information in Europe. The European Commission estimates that between 15% and 25% of total data used in e-commerce trading is based on public sector information.

(on retrouve encore le double argument du marché et du citoyen, l’un étant mis en avant par rapport à l’autre).

Voyons comment les choses vont évoluer dans le futur !


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.