Le tissage de la Toile

Weaving the Web est bien sûr le titre du fameux livre de Tim Berners-Lee sur le passé, le présent et l’avenir du Web dont il inventa le concept, et dont il continue à contribuer à l’histoire. Une histoire qui a déjà – seulement – quinze ans. On a du mal à le croire en effet aujourd’hui, mais alors que le premier serveur Web était mis en service au CERN, l’Allemagne était déjà réunifiée, le télescope spatial Hubble déjà en service, et les premiers hommes sur la Lune un souvenir déjà vieux de plus de 20 ans.

Le tissage du Web commence donc à peine malgré les dimensions respectables de l’édifice déjà construit, et en particulier le tissage du Web sémantique. Il faut bien avoir en tête qu’il ne s’agit pas de tissage régulier, avec trame et chaîne, mais de tissage méthode araignée. On part de quelques points d’appui évidents dans l’univers solide, on lance de façon hardie quelques liens dans le vide entre ces points, et sur ces bases encore un peu indécises une structure plus méthodique va se construire. Et ce en dépit des plans totalement irréalistes, pour ne pas dire totalitaires, de ceux qui rêvaient de voir le Web s’organiser à partir d’une ontologie globale de référence.

Quels sont donc les points d’ancrage du Web sémantique? Des vocabulaires décrivant non pas les concepts très abstraits de la Upper Ontology, mais des utilitaires comme FOAF, SIOC, DOAP, qui définissent des concepts de la vie courante comme Personne, Organisation, Document, Projet, Lieu … et sont typiquement liés à la construction de communautés. Les liens entre ces points d’ancrage sont en cours de construction, avec la problématique de savoir comment les concepts définis ici se raccordent ou s’identifient à ceux définis là. Dans ce processus, une question critique commence à être abordée de front, celle des représentations différentes de concepts considérés malgré tous comme plus ou moins « les mêmes ». Exprimer qu’on parle de la même chose est beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait à première vue, et la notion de « même » supporte bien des nuances que le Web sémantique commence à découvrir. Voir par exemple cette discussion ou celle-là.

3 commentaires pour Le tissage de la Toile

  1. Plutôt qu’une approche « top down » de la sémantisation du web, je partage également le point de vue d’une sémantisation « bottom up ». Approche qui serait effectivement appuyée par des « bouts » d’ontologies ça et là, issus de projets ou de communautés cohérentes, mais qui pourrait également se construire à partir de l’analyse automatique des textes eux-mêmes.
    Idée théorique à méditer : à supposer que l’on construise un système capable de répertorier in extenso tous les cas d’utilisation d’un mot (le mot /personne/ par exemple) – ce qui ne serait pas complétement farfelu si l’on suppose que tous ces cas d’utilisation sont quelque part sur le web – n’aurait-on pas alors précisément défini ce que veut dire ce mot ?
    Autre question : à lancer hardiement des liens entre des bouts de structures stables, n’arrivera-t-on pas au même résultat que la définition d’une ontologie globale ?…

  2. […] geonames et autres données ouvertes J’ai déjà eu l’occasion de parler ici du tissage de la Toile, et du rôle qu’y jouent les vocabulaires de référence. Un autre aspect commence à se […]

  3. […] une ontologie : la voie du milieu Il y a quelques mois j’évoquais ici le fait que le tissage du Web sémantique est en cours de construction pratique à partir de […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :