Aussi simple que possible …

… « mais pas plus » selon la célèbre formule attribuée à Einstein, et dont la forme originale serait, selon Wikiquote

« The supreme goal of all theory is to make the irreducible basic elements as simple and as few as possible without having to surrender the adequate representation of a single datum of experience. »

Dans le genre dépouillé, notre ami Michel Biezunski avait déjà à son actif la co-paternité du concept de Topic Maps avec son vieil acolyte Steve Newcomb, lorsqu’il se penchait sur le berceau de Mondeca au tournant de ce siècle. Et d’ailleurs, en tant qu’auteur d’ouvrages consacrés à l’illustre physicien et à l’histoire de la physique du 20ème siècle, il pourra peut-être nous confirmer l’authenticité de la citation dont il semble s’être inspiré une fois encore. Je savais que depuis un bon bout de temps Michel travaillait sur un modèle encore plus épuré, dans le prolongement du travail de Newcomb, Durusau et al. sur le Reference Model de Topic Maps, et de ses propres idées sur les « perspectives » présentées à Extreme Markup 2005. Des idées qui avaient à l’époque alimenté mes propres réflexions sur les « hubjects » et autres « blank concepts », qui depuis ont fait un bout de chemin et j’y reviendrai ici un de ces jours. Je savais donc qu’il était dans un tunnel de recherche au bout duquel quelque chose d’encore plus simple surgirait.
Et voilà … la nouvelle m’est parvenue ce matin via planète web sémantique et ce petit billet de notre ami Eric van der Vlist sur xml.fr, qui nous explique dans son style sobre habituel déjà pas de choses – que je ne vais pas répéter ici. DPM, Data Projection Model, un nom austère s’il en est, mais nous avons pris l’habitude de ces concaténations triangulaires à la sémantique mystérieuse, que seul l’anglais permet. Resource Description Framework, Intelligent Topic Manager … et bien d’autres.
Je suis donc allé faire un tour et je vous conseille d’aller directement à cette page pour apprécier l’extrême dépouillement du modèle, dont la DTD tient en 9 lignes courtes que je ne résiste pas à la tentation de recopier ici.

<!ELEMENT perspectors (p)+>
<!ATTLIST perspectors
id ID #IMPLIED >
<!ELEMENT p (x,o,y)>
<!ATTLIST p
id ID #REQUIRED>
<!ELEMENT x (#PCDATA) >
<!ELEMENT o (#PCDATA) >
<!ELEMENT y (#PCDATA) >

C’est la quintessence des triplets RDF sans les URI, ni les ressources, ni les literals. « Sujet, Verbe, Complément » en grammaire. « Opérande 1, opérateur, Opérande 2 » en mathématiques. RDF apparait comme une version encore mal dégrossie et particulière de DPM, et Topic Maps également.

Brillant. Maintenant le plus difficile reste à faire pour Michel. Reprendra-t-il son bâton de pélerin, comme il l’a fait avec Topic Maps? Et de cette idée simplissime, si la communauté s’en empare, parviendra-t-elle à lui garder sa pureté initiale, ou deviendra-t-elle, comme XML et bien d’autres, une usine à gaz encombrée d’accommodements avec le diable? Ce dernier seul le sait … Je pense que Michel ne se fait pas d’illusions, lui qui aime à rappeler que : « On n’a jamais intérêt à être plus intelligent que tout le monde ».

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :