Cartographie sémantique : Comment appréhender un espace informationnel complexe ?

L’espace informationnel de chaque organisation est très vaste. Il va des informations collectées (comme les informations sur les collaborateurs, les clients, les fournisseurs, les partenaires, les concurrents, les marchés, etc.) aux savoir-faire (comme les descriptions des outils et des procédés, la documentation scientifique et technique, les brevets, etc.). L’avenir d’une organisation passe donc par la maîtrise de son espace informationnel. Cet objectif n’est possible que si elle dispose des moyens nécessaires pour en avoir une vision organisée, globale et précise. En effet, avec les travaux portant sur la gestion des connaissances, le problème n’est plus l’archivage ou l’indexation des informations, mais celui de leur accès à travers une appréhension globale reposant sur les connaissances de l’organisation. Autrement dit, il faut permettre aux collaborateurs d’appréhender l’espace informationnel de leur organisation d’une manière globale et de se focaliser sur ce qui est important pour leur activité.

Cartographier pour maîtriser

La maîtrise d’un espace est une problématique universelle qui préoccupe l’homme depuis son origine. La cartographie résulte de cette problématique. Cartographier un espace permet de le visualiser en une carte pour mieux l’appréhender (i). En effet, comprendre quelque chose se dit « voir ». De même, on dit qu’ « une image vaut dix milles mots » ou bien encore qu’ « une vue d’ensemble est nécessaire ». La métaphore courante entre les processus de la pensée et la vision témoigne du lien étroit qu’il existe entre ce que l’on voit et ce que l’on pense.

La vue est un des sens les plus performants de l’être humain. L’œil permet de percevoir un ensemble de signaux simultanément et d’effectuer un grand nombre de traitements instantanément avant même de mettre en jeu des mécanismes cognitifs comme le raisonnement ou la mémorisation. En effet, la mémoire sensorielle, activée avant la mémoire de travail (MT ou MCT), permet une première catégorisation des informations perçues.

Cette constatation sur la valeur de la visualisation est d’autant plus importante si l’on travaille avec un grand nombre d’informations. La synthèse des travaux sur la cartographie (qu’elle soit géographique ou thématique) et sur la visualisation permet de considérer les cartes comme un médium idéal entre un grand nombre d’informations et l’esprit. Chaque carte joue alors le rôle de support externe de la pensée pour amplifier les capacités cognitives de ses utilisateurs.

Par exemple, la taxinomie des êtres vivants sous forme graphique arborescente est plus rapidement comprise et exploitée que sous sa forme purement textuelle.

L’information véhiculée par les deux représentations est identique mais la première, graphique, minimise et surtout optimise l’effort cognitif. L’utilisateur a alors davantage de ressources pour réaliser sa tâche.

La carte peut donc fournir un support efficace pour l’aide à la décision (sous réserve de fournir des cartes adaptées) et ainsi aider les collaborateurs à appréhender leur espace informationnel pour mieux le maîtriser.

La cartographie d’informations

Ainsi, pour chaque entité et relation que l’on souhaite visualiser, il lui est associé au moins une représentation graphique codée avec différentes variables (couleur, taille, forme, position, etc.). Le passage des entités et des relations à des représentations graphiques constitue un processus de cartographie et la résultante est une carte.

Le recours à la cartographie se révèle particulièrement efficace lorsque l’on souhaite communiquer une information ou, lorsque l’on souhaite créer et découvrir de nouvelles connaissances. Pour illustrer cette efficacité prenons l’exemple du métamoteur de recherche sur Internet Kartoo. Par opposition aux moteurs de recherches classiques qui ne proposent qu’une liste de résultats, Kartoo permet de cartographier les résultats en utilisant la métaphore des cartes routières : les villes sont remplacées par les pages des sites Internet et les montagnes, les routes et les rivières sont des thématiques qui relient les pages.

Voici un extrait de la carte retournée par Kartoo pour la recherche sur les mots clés « visualisation de l’information » sachant que Google retourne 1 840 000 résultats sous forme de liste :

Il existe de nombreuses techniques de visualisation de données abstraites. Ces techniques portent sur les différentes variables de la carte (forme des représentations, couleurs, tailles, dispositions..). C’est pourquoi, lors d’une cartographie, il est possible de représenter graphiquement des informations en combinant différentes techniques pour obtenir des cartes très différentes.

Ci-dessous un exemple de visualisation de données structurées en arbres auxquelles on applique des techniques de type 2D et 3D :

Cependant, la visualisation de l’information permet uniquement de représenter des données indépendamment de leur sémantique. Notre approche consiste donc à prendre en compte cette sémantique.

La cartographie sémantique

Selon le principe de correspondance des représentations, une représentation graphique est d’autant plus efficace qu’elle correspond à la représentation mentale que se fait l’utilisateur de ces informations. Pour un collaborateur, la représentation mentale d’un espace informationnel correspond à la sémantique de son domaine comprise comme l’ensemble des concepts permettant d’appréhender les objets du domaine.

Prise en compte de la sémantique

Pour illustrer l’importance du choix des paradigmes prenons l’exemple de la cartographie d’un ensemble d’objets liés par une relation de généralisation/spécialisation : la taxonomie des êtres vivants. Dans ce cas, les espèces liées par une sémantique d’héritage (subsomption) seront représentées par des objets graphiques avec les espèces plus générales « au dessus » et les espèces les plus spécifiques « en dessous ». La visualisation de la relation de subsomption repose sur sa sémantique de relation d’ordre.

Avec cette répartition, l’utilisateur de la carte identifie très rapidement le genre et les espèces. Par opposition à l’application d’un placement automatique de graphe où il devient difficile d’identifier la sémantique des liens, mais permet en revanche une visualisation plus « globale » de l’ensemble des classes.


Pour être efficace, la carte doit donc respecter cette sémantique. La cartographie sémantique consiste donc à exploiter la sémantique du domaine pour déterminer les techniques à mettre en œuvre pour cartographier un espace informationnel.

Notre expérience de la cartographie nous a aussi révélé l’importance et la valeur des retours d’expérience pour construire une bonne carte. En effet, même si toutes les cartes sont basées sur la graphique (langage monosémique), une carte ne peut pas être considérée comme définitive et universelle. Depuis l’origine de la cartographie, les cartographes savent qu’une carte se doit d’être esthétique, intuitive et efficace. Malheureusement aucun système ne permet de garantir la satisfaction de ces trois propriétés et encore moins pour tous les individus. Face à cette problématique, il est donc important de toujours se laisser la possibilité de faire évoluer la cartographie selon les besoins des utilisateurs.

Une « bonne » cartographie est donc basée d’une part, sur la sémantique du domaine pour déterminer les paradigmes à mettre en œuvre et d’autre part, sur la prise en compte des retours d’expérience pour améliorer et adapter les cartes.

Conclusion

L’espace informationnel détermine le contenu de la carte et les paradigmes (de représentation et de visualisation) utilisés déterminent la perception que peuvent en avoir les utilisateurs. C’est pourquoi, si l’on veut aider les utilisateurs à appréhender leur espace informationnel, il est nécessaire de guider les cartographies par la sémantique du domaine.

Nous qualifions cette approche de cartographie sémantique que nous définissons comme suit :

La cartographie sémantique est
la cartographie de l’espace informationnel d’une organisation basée sur sa sémantique (comprise comme une conceptualisation du domaine).

Cette définition fait référence à la cartographie (générale) qui est définie comme l’ensemble des opérations qui interviennent en vue de l’élaboration de cartes.

Ressources

  • http://www.knowledge-mapping.net Portail sur la cartographie sémantique
  • Un groupe d’échanges sur la cartographie d’informations : http://groups.google.com/group/carto-infos
  • Norman D. & 1993, Things That Make Us Smart. Reading, MA: Addison Wesley.
  • Bertin J., 1973, Sémiologie graphique – Les diagrammes – les réseaux – les cartes, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Science.
  • Card S. K. & Mackinlay J. D. & Shneiderman B., 1999, Readings in Information Visualization Using vision to think, Receuil de 47 articles.

(i) D’après le Trésor de la Langue Française, l’appréhension est la faculté de saisir par l’intelligence et plus particulièrement, toute opération intellectuelle relativement simple ou immédiate, soit de perception, soit de jugement, soit de mémoire, soit d’imagination, considérée comme s’appliquant à un contenu distinct de l’opération elle-même.

3 commentaires pour Cartographie sémantique : Comment appréhender un espace informationnel complexe ?

  1. […] Cartographie sémantique : Comment appréhender un espace informationnel complexe ? « Leçons de Ch… (tags: Graph Web Semantic) […]

  2. […] évidement pas reservé à la finance…Selon moi …Mais à mettre à la dispostion de la cartographie informationelle et du […]

  3. […] évidement pas reservé à la finance… Selon moi …Mais à mettre à la dispostion de la cartographie informationelle et du […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :