Le printemps est social-sémantique

mai 26, 2008

C’est sans doute le temps particulièrement pluvieux qui favorise cette éclosion de nouvelles applications toutes plus sympathiques les unes que les autres à la frontière du social et du sémantique. Le Web social a besoin d’une couche sémantique, et le Web sémantique doit absolument pour être crédible, investir le Web social. Les applications innovantes se précipitent donc dans ce nouvel espace à défricher, qui n’est peut-être pas encore tout à fait un marché, mais où les choses bougent très vite.

Nous avons déjà parlé de Twine, qui fait déjà figure d’ancienne. « Twiner » depuis bientôt deux mois, j’y reste comme beaucoup d’utilisateurs avec une impression mitigée. Interface peu intuitive, beaucoup de fonctionnalités qui existent ailleurs et qu’on s’attendait à retrouver « par défaut » dans cette « première application du Web 3.0 ». Il semble que l’équipe de Radar Networks ait conçu un projet très ambitieux, mais dont elle aura du mal à cerner les limites fonctionnelles. Le « à quoi ça sert? » et le « où suis-je? » reviennent souvent dans les commentaires. Cela dit, l’excellent marketing autour du produit a attiré du beau monde qui n’hésite pas à partager idées et ressources, et il ne faut pas hésiter à s’y perdre un peu, pour découvrir des nouveautés à chaque coin de rue. Si vous ne l’avez pas encore fait, allez y faire un tour (oui, nous avons toujours des invitations) comme on va à Venise ou à Samarcande. Mais ne restez pas sur la grand-place, aventurez-vous dans les ruelles à la recherche de trésors cachés et de rencontres étonnantes. La sémantique là-dedans? Quelque part sous le capot, mais ce n’est pas ce qui m’impressionne le plus. A suivre, le produit doit évoluer et se décanter, et il a au moins réussi un premier pari: rassembler une communauté d’utilisateurs et un contenu de qualité.

D’autres produits plus simples, plus ciblés, et moins tapageurs. Je retiendrai aujourd’hui deux innovations en phase beta, mais qui, contrairement à Twine, ne nécessitent pas d’invitation, et ont une prise en main, des objectifs aussi simples et clairs que leur interface.

Scoutle développe une idée originale pour mettre les blogs en réseau. Après s’être enregistré, on donne une description minimale de son blog par mots-clés et catégories, et on installe un petit bout de code sur son blog. Ce code servira de lieu de rencontre à des agents (les scouts) qui au fil de leurs « rencontres » proposeront des relations supposées pertinentes entre les blogs, et proposent à leurs propriétaires d’entrer en connection. Scoutle n’a pas encore atteint une masse d’utilisateurs suffisante pour juger de la pertinence des algorithmes de ses scouts, mais l’idée est intéressante et l’interface sympathique.

Faviki est encore plus simple dans son concept. Il s’agit de partage de favoris par tags, sauf que les tags ne sont pas des mots libres, mais des références aux articles de Wikipedia, ou plus exactement de leur « sujet » extrait par DBpedia. La sémantique d’un marquage sur Faviki, c’est : « Cette ressource X parle de la même chose que cet article Y de Wikipedia ». « Tags that make sense » est la tagline de Faviki.

Toutes ces applications montrent clairement la voie pour le Web sémantique et social. Il s’agit de s’appuyer sur une composante importante de l’esprit humain, qui a en général du mal à définir ou nommer un référent (la chose indiquée par une ressource ou un document), mais qui peut facilement dire « ces deux objets sont semblables », « ces deux images représentent la même chose », ou « ces deux pages Web ont le même sujet ».


L’absence de preuves n’est pas la preuve de l’absence

mai 24, 2008

Qu’on en commun la recherche de la vie extra-terrestre et la recherche des armes de destruction massive en Irak ?

Elles supposent toutes les deux que le monde est ouvert, et que ce n’est pas parce qu’on n’a rien trouvé qu’il n’y a rien; dans l’un et l’autre cas, l’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence(*).

Dans le monde ouvert des recherches sur le « web of data », hé bien c’est pareil.

Lire le reste de cette entrée »