pourquoi les thésaurus et taxonomies évoluent ? et comment ?

Il y a quelque jour un journaliste me posait des questions sur les thésaurus, j’ai essayé de lui expliquer au mieux les évolutions en cours, je pense que c’était un peu confus. Un court essai pour essayer de mieux comprendre comment et pourquoi les thésaurus et systèmes de classification évoluent rapidement et quels sont les besoins très pragmatiques qui les font évoluer.

Nous avons besoin d’un outil de recherche plein texte plus efficace et précis 

L’entreprise dispose de terminologies permettant de décrire son domaine et d’indexer des documents, il s’agit d’un vocabulaire métier assez pointu et fermé (juridique, médical, scientifique, gestion des retraites…) mais ou chaque concept peut, selon le public, être exprimé avec des termes un peu différents. L’idée est d’enrichir le vocabulaire métier avec toutes les expressions répertoriées pour désigner les concepts métiers. Le thésaurus existant est enrichi de ces termes et l’on suit avec attention les statistiques de recherche sur le moteur pour capturer les expressions utilisées lors des recherches et continuer d’enrichir la terminologie associée aux thésaurus / référentiels.

Nous implémentons un outil de text mining pour automatiser (assister) le processus d’indexation des contenus

L’entreprise veut automatiser l’indexation des documents. Les outils de text mining sont d’autant plus efficaces qu’ils connaissent les termes et expressions à chercher dans les documents. Les termes extraits seront rapprochés automatiquement du thésaurus pour déterminer le concept à utiliser. Il s’agit ici aussi d’enrichir les termes et expressions utilisées pour désigner un concept,  une entreprise, un produit, un lieu, une personne…

L’entreprise peut procéder en compilant des ressources internes existantes, ou en faisant une analyse systématique d’un corpus de documents représentatifs de l’activité afin d’en extraire le vocabulaire métier. Ces terminologies métier seront rapprochés de thésaurus existants ou à construire.

Nous devons assister les utilisateurs de notre portail dans sa navigation 

Nous devons suggérer des produits et contenus en fonction des recherches de l’utilisateur

Dans les deux cas l’utilisateur ne peut connaître la richesse des contenus du portail (documents, produits, réglementations, maladies…), il est utile de pouvoir lui proposer des liens le guidant de sujets en sujets, de lui proposer des informations complémentaires, ou de lui suggérer une réponse à sa recherche à partir d’un raisonnement sur sa demande.

Pour répondre à ces besoins, il est nécessaire d’établir des relations fines entre les sujets métiers décrits dans le thésaurus et les listes d’autorité. On établira une relation entre « sport nautique » et « gites ruraux » ayant le label « pêche », une relation entre une partie du corps et des infections, entre des infections et des molécules, entre une décision de justice et une réglementation, entre un produit et une thématique…

L’ensemble de ces relations (relations sémantiques car il est nécessaire de décrire finement les relations si l’on ne veut pas confondre « produits recommandés » avec « contre indication ») viendront progressivement enrichir le référentiel d’origine pour construire une réelle description de connaissances sur le domaine d’activité.

Ces liens pourront être utilisés dans le portail comme

– de simples suggestions de navigation,  

– pour pousser automatiquement des contenus dans la page,  

– pour proposer un ensemble de contenus intelligemment choisi en fonction de quelques informations données par l’utilisateur (proposer automatiquement un package « week end dans la Nièvre » pour quelqu’un qui veut se détendre, pas trop loin de Paris et avec un budget raisonnable).

Nous devons avoir une indexation très riche des contenus à partir de très peu d’information de base

Nous indexons des images de sport, de télé, d’imagerie médicale…, il est hors de question que quelqu’un remplisse toutes ces données d’indexation dont nous avons pourtant absolument besoin pour la recherche et le filtrage dans le portail, comment enrichir automatiquement à partir d’une saisie minimale ?

Le système de text mining extrait peu d’information, principalement des noms de personnne, de sociétés et de produits, ca ne suffit pas du tout pour notre indexation qui est beaucoup plus riche.

L’idée est ici de confier au référentiel le soin de déduire du peu d’information fournie toutes les autres données d’indexation. En donnant le nom de l’émission de télé et la date, le système devra déduire le producteur, la chaîne de télévision, le présentateur, les droits de rediffusion par pays, la thématique de l’émission.

On enrichira ici le référentiel pour le transformer en une véritable base de connaissance du domaine, avec l’ensemble des liens entre les sujets (telle émission est produite par TF1, animée par Ruquiet, traite des sujets de sociétés et spectacle…), et avec les capacités d’inférer toutes les métadonnées à partir d’une simple information de départ comme le nom de l’émission.

Conclusion

On remarque deux types d’évolution et d’enrichissement des thésaurus :

– un enrichissement de la terminologie métier autour des concepts utilisés pour décrire le domaine,

– un enrichissement des relations entre les concepts du domaine pour former une véritable représentation des connaissances

On remarque aussi le transfert progressif de services habituellement rendus par un humain vers les machines. 

  • La documentaliste ou l’expert métier sont capables à partir d’une information partielle de réaliser une indexation complète du contenu sur un système de classement complexe et formel, ils sont aussi capables de rapprocher automatiquement les expressions utilisées dans un document aux concepts utilisés dans l’entreprise pour la classification.
  • Le vendeur, la documentaliste, l’expert sont capables de comprendre une question d’un utilisateur, de la transcrire dans la représentation utilisée pour la classification des contenus, d’effectuer la recherche, mais aussi de suggérer à l’utilisateur des thèmes de recherche connexes, d’autres produits utiles, des contre indications, des suggestions de voyage…

Ce sont ces services que l’on transfère progressivement aux machines, en leur fournissant des terminologies et des représentations riches, détaillées et formelles de l’univers métier.

Un commentaire pour pourquoi les thésaurus et taxonomies évoluent ? et comment ?

  1. […] by: Valere JEANTET In: Actualités source : Leçons de Choses par (author […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :