Un petit air de renouveau

Bientôt trois années depuis mon précédent billet dans ces pages un peu à l’abandon. Manque de disponibilité, manque de motivation … peut-être.  Et sans doute la plus mauvaise des raisons que personne ne s’avoue vraiment,  c’est tellement plus amusant de commencer quelque chose que de le faire durer dans ce grand terrain de jeu des technologies du Web. Le tissage de la Toile est plein de choses inachevées,  j’ai écrit là-dessus ailleurs un soir de décembre un peu déprimé.

En réunion d’équipe hier, donc, une décision terrible : puisqu’on ne fait plus rien de ce vieux blog, on le ferme. Dans le feu de l’action, j’ai dit oui. Et puis ce matin j’ai relu de vieux billets, regardé les statistiques de fréquentation qui s’essoufflent, et je me suis dit que c’était trop bête de jeter tout çà.  Comme lorsqu’il faut vider un grenier. On a tellement de « choses » passionnantes qui se passent dans notre métier en ce moment et sur lesquelles on a toujours des « choses » à dire, pourquoi ne pas plutôt ranimer les braises et remettre du bois dans la conversation ici?Première chose : se redonner un petit air de jeunesse, changer de look. Paradoxalement j’ai fait du neuf avec du vieux, en retrouvant chez un autre nostalgique de l’école primaire des années 1950 des images de vieilles couvertures de manuels scolaires. Des ciseaux, un peu de colle, et voilà une nouvelle couverture à peu de frais.  Un petit avant-goût de la belle saison qui approche.

Le contenu va suivre, avec un thème de fond qui m’est cher en ce moment. Comment envisager nos technologies sémantiques dans une perspective durable? Les lecteurs anciens savent l’attachement de Mondeca à s’inscrire dans la tradition millénaire de la préservation du savoir.  Est-ce bien raisonnable quand les technologies de l’information semblent avoir fait de l’obsolescence programmée le moteur de leur évolution? Et bien oui, justement, on commence à se dire un peu partout qu’il faut peut-être calmer un peu les choses, et penser un peu au-delà du prochain cycle d’obsolescence. Que les connaissances d’aujourd’hui soient aussi facilement disponibles et compréhensibles demain ou dans mille ans, a minima autant que le sont aujourd’hui les papyrus de l’Egypte ancienne ou les Eléments d’Euclide.  C’est l’esprit qui anime notre projet Linked Open Vocabularies, né d’une une idée surgie il y a maintenant deux ans pour répondre au cahier des charges du projet Datalift, et qui est devenue une référence pour l’archivage et la recherche des vocabulaires utilisés par le Web des données. Le projet est hébergé maintenant par l’Open Knowledge Foundation. C’est aussi l’idée de gouvernance durable des vocabulaires, et plus généralement de l’écosystème grandissant des ressources sémantiques, qui sera au centre des préoccupations de la prochaine conférence Dublin Core en septembre à Lisbonne, intitulée  Linking to the Future.  Nous en reparlerons.

2 commentaires pour Un petit air de renouveau

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :